Manifestation du 16 octobre : dialogue de sourds à Bercy

image_pdfimage_print

À Bercy, une délégation d’une dizaine de représentants des principales organisations syndicales ayant appelé au mouvement a été reçue par le directeur de cabinet adjoint de Christian Eckert, secrétaire d’État au Budget.

Lors de cette heure d’échanges à bâtons rompus, Sup’Recherche-UNSA a souligné le décalage qui existait entre les ambitions affichées par le gouvernement et la réalité vécue sur le terrain. Nous avons expliqué au directeur de cabinet adjoint qu’on ne pouvait pas demander aux universités françaises de courir une compétition internationale avec un sac à dos, un boulet au pied et sans leur fournir les apports énergétiques dont elles ont besoin. Nous avons à nouveau expliqué que la France accusait un retard vis-à-vis des principaux pays de l’OCDE en termes de dépense moyenne par étudiant.

Malgré une certaine écoute, il n’a pas été possible de sortir des contraintes budgétaires de court-terme. Bercy n’a eu de cesse de rappeler le cadrage général du budget : diminution progressive de la dépense publique associée à la diminution des impôts à la fois des entreprises et des ménages. Concernant le Crédit impôt recherche, il nous a été confirmé qu’il était sanctuarisé indépendamment des questions relatives à l’ESR. C’est la politique voulue par le gouvernement.

Ce premier rendez-vous social n’était qu’une mise en bouche à l’occasion du début des discussions parlementaires sur le Projet de loi de finances (PLF) 2016. Gageons que lorsque les effets de ces mesures d’austérité se feront très concrètement sentir, au-delà des difficultés rencontrées pour cette rentrée universitaire, la mobilisation se fera encore plus pressante.

Pour voir davantage de photographies de la manifestation, vous pouvez consulter le blog de Luc Bentz