Congrès de Sup’Recherche-UNSA : une direction bicéphale pour un tuilage efficace.

image_pdfimage_print

Alors que la droite vient de désigner un candidat ultra conservateur pour les élections présidentielles de 2017 – après avoir éconduit un ancien président de la république et un ancien premier ministre – l’annonce du renoncement du chef de l’État confirme que nous sommes entrés dans une période de grande incertitude.

C’est dans ce contexte politique particulièrement mouvementé que s’est tenu le congrès de Sup’Recherche-UNSA, les 2 et 3 décembre 2016, à Valenciennes.

Le syndicat a pris le temps de débattre des enjeux actuels et futurs pour l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) qui se trouvent également dans une situation de doutes et de forte instabilité.

Depuis une douzaine d’années, ce secteur a connu une accumulation de réformes structurelles qui ont conduit à le mettre sous tension au point d’atteindre aujourd’hui un seuil paroxystique. On le voit, notamment, avec les turbulences liées aux processus de regroupements universitaires (fusion, COMUE, association) et les résistances qu’elles engendrent. Ces derniers mois, Sup’Recherche-UNSA a lancé l’alerte sur les risques de blocage et revendique que les personnels et les usagers soient associés à la construction de ces nouveaux ensembles.

De même, le syndicat veut voir aboutir, dans les toutes prochaines semaines, deux dossiers qu’il a portés avec force : la mise en place d’une procédure de mutation pour les enseignants-chercheurs et la revalorisation des grilles indiciaires. Sur ces deux points, les propositions de Sup’Recherche-UNSA sont extrêmement précises et connues du ministère. Le syndicat mettra toute son énergie à leur opérationnalisation d’ici les échéances présidentielles.

Pour agir en ce sens et dans pareil contexte, le congrès a désigné un conseil national resserré (14 membres) et partiellement renouvelé, ainsi qu’une direction bicéphale afin de permettre un tuilage efficace. Stéphane Leymarie et Jean-Pascal Simon ont été élus co- secrétaires généraux. Ils étaient respectivement secrétaire général et secrétaire national. L’exécutif se donne également jusqu’à la fin de l’année universitaire pour clarifier la place de Sup’Recherche-UNSA au sein de la fédération UNSA Éducation.

 

417148_prv